Comme on le sait, le Pape Benoît XVI a l'autre jour, dans un discours fait un rapprochement entre l'Islam et la violence.

Quelle que soit la raison et le contexte, même si c'était une citation du passé pour illustrer un propos de paix, il faut bien reconnaître que c'était une maladresse. Et franchement, pour le premier représentant de l'Eglise qui professe qu'il faut pardonner, tendre l'autre joue, etc, il pourrait bien présenter ses excuses, ça ne lui coûterait rien, le ferait passer pour un sage et apaiserait les esprits échauffés.

Ce qui m'exaspère surtout, dans cette histoire, c'est encore une fois la récupération qu'en font les médias.

Lire le billet