J'aime ma femme !

Je ne crois pas l'avoir tellement dit ici.

Bon, je concède que j'aurais pu le dire en premier, avant le billet sur les cafards, ça aurait été mieux. Désolé, Bébé.

Donc, voilà, vous ne le saviez pas, j'aime ma femme, je tiens à le dire. D'abord, elle n'en est pas toujours persuadée et c'est bien de le redire. Donc, Chérie, si tu en doutais, je te le redis : je t'aime.

Ensuite, ce n'est pas si courant dans notre monde de brutes. Ca fera dix ans en décembre prochain qu'on a b... qu'on s'est rencontrés. Même si en fait, on se connaissait depuis bien plus longtemps, puisqu'on travaillait côte à côte depuis plusieurs années avant de se regarder. On a même failli se rencontrer quand on était gosses car on était au même lycée sans se connaître !

Bon, je ne sais pas comment c'est chez vous, mais ce n'est pas rose tous les jours non plus, bien sûr. On a régulièrement de grosses engueulades. La dernière date de ce week-end. Mais c'est comme ça qu'on se parle. Plutôt que de garder les rancoeurs, ça sort d'un coup, parfois un peu violemment. On boude un peu et puis ça va mieux. Que voulez-vous, on a tous les deux un "certain" caractère. Et notre fille ne semble pas non plus en être démunie, ça promet.

D'ailleurs, à propos de ma fille, on l'écoute souvent jouer sans qu'elle ne s'en aperçoive. Elle reproduit souvent avec ses poupées ou avec ses petits personnages ou avec deux bouts de trucs qui passaient par là, des scènes familiales. Et ça rassure. Car ce sont toujours des histoires avec une petite fille, son papa et sa maman qui s'appellent tous "mon chéri" et qui se font des bisous. Si les enfants sont le miroir de leurs parents, moi ça me rassure.

C'est vrai qu'aussi incroyable que ça puisse paraître, chez nous ça va plutôt pas trop mal. Enfin, j'en ai l'impression. En tous cas, si je rêve, merci de ne pas me réveiller.

En fait, maintenant que j'y pense, c'est vrai que même si je suis parfait et qu'elle a beaucoup de défauts, j'aime ces défauts. J'ai failli, mais non, je ne les enumérerai pas ici. En fait, ce qui est marrant, c'est que les trucs qui m'horripilent sur le moment, j'y repense en souriant plus tard.

Allez, juste un truc : elle adore accrocher des trucs et des machins à toutes les poignées de portes, de tiroirs, sur les couvercles qui doivent s'ouvrir, bref, sur des zones qui devraient être dégagées. Mais si demain je me retrouvais brusquement seul pour quelque raison que ce soit, je suis sûr que ça me manquerait.

Alors, n'en profite pas, Bébé, mais j'aime tes défauts qui m'énervent.

Et enfin, je tenais à dire à toutes les lectrices de ce blog qui sont bien entendu amoureuses de moi que je suis désolé, mais ça va pas être possible de conclure, mon coeur est pris.