- Un chat !

La maman :

Le papa :

L'assassin :

Oui, le chat, qu'on croyait trop froussard pour faire le moindre mal à une mouche, qui se faisait régulièrement narguer par les merles, a attrapé un bébé merle.

Alors, je ne peux pas complètement lui en vouloir : c'est un chat.

N'empêche que toute la soirée, tant qu'il a fait jour, les merles n'ont pas arrêté de crier et faire mine d'attaquer le chat qui s'en foutait complètement.

N'empêche que c'est moi qui ait du, dès que je l'ai vu, aller choper le chtit noiseau pour lui tordre le cou, car il vivait toujours, bien que le chat ait commencé à lui bouffer un côté. Ben ça fait drôle, quand vous tenez un petit truc tout chaud dans la main, et qu'il faut lui faire péter le cou.

Et n'empêche qu'aujourd'hui, il a bien fallu aller chercher les restes disséminés dans le jardin qui puaient la charogne et attiraient les mouches.

Merci, le chat !

Du coup, ce soir-là, il n'a pas eu de patée. Il en avait suffisamment eu comme ça.