Ayé, je suis reviendu de vacances.

J'ai passé deux semaines dans le Gers, à Lectoure, le Pays du melon et du "Bonheur est dans le pré".

On ne comprenait rien à la météo qui annonçait partout du mauvais temps. Pour nous, on a eu à peine 2 jours de mauvais temps, et encore. Le reste du temps, on a eu du grand soleil, de la chaleur. J'ai fait pas mal de vélo dans la région, un peu de footing, et de la nage aussi. J'ai rencontré les gars du club local. Les cochons, ils avançaient bien !

On a bien mangé et bien bu. Le foie gras poëlé avec des fruits, c'est à se damner !!! Et les petits magrets avec juste un peu de gros sel... rhâââââ... Sans parler du Floc...

100 bornes en trois sorties, plus les aller-retour du gîte à la piscine, 4 bornes à chaque fois par jour, plus les balades au soleil couchant que je n'ai pas mesurées.

Puis, 3 jours à Buis-les Baronnies. Dommage que je n'aie pas fait de photos. J'ai fait une sortie en montagne, fléchée ffc. Au départ, elle faisait17 bornes pour 550m de d+. Mais comme je me suis aperçu au retour que j'avais paumé mon portable, j'en ai refait une bonne partie pour le retrouver sans succès, soit 32 km pour 900m de d+. Ca chauffe les cuisses, mais nomdidiou, quel paysage !

L'après-midi, un flic est revenu me rapporter mon portable en main-propres. Quelqu'un, probablement un randonneur, l'avait trouvé et rapporté à la Poste. Pourquoi la Poste ? Puis un postier l'a déposé à la police municipale. J'ai toujours eu du bol. Je regrette juste de ne pas avoir su qui avait trouvé mon téléphone, pour pouvoir le remercier et savoir où il était tombé. Il restera anonyme à moins que par un hasard exceptionnel, il se reconnaisse dans ces lignes et se fasse connaître...

En tous cas, j'ai pu mesurer la différence entre un policier municipal de la Drôme et le flic moyen de région parisienne. Celui-là a pris la peine de me chercher alors que je ne suis pas du tout du coin pour me rendre mon bidule lui-même, avec un grand sourire ! Combien l'auraient fait chez moi ?

Au retour, samedi, la radio annonçait une journée rouge, un record d'embouteillage. On a vu à peine quelques ralentissements et on a bien roulé jusqu'au bout.

C'est en revenant à la maison dans le mauvais temps qu'on revenu dans le vrai monde.

Depuis, il pleut.

Fais chier.