Oui, j'ai donc repris le travail, mais comme je n'avais pas le droit de conduire (bicoze poignet pété, voir épisodes précédents), je prends les transports en commun.

Depuis deux semaines, je prends le bus qui m'amène à la gare et il arrivait juste en même temps que le direct pour Paris. Depuis cette semaine, le direct ne passe plus. Après renseignement, j'apprends que "maintenant, il est à l'heure" !!! Si je l'avais jusqu'ici, c'est parce qu'il était en retard... depuis deux semaines, tous les jours !

Donc, lundi matin, plus de direct, je prends un train qui fait 4 arrêt jusqu'à Paris. Il roule comme un escargot et arrive avec 20 minutes de retard. Pas d'explication. Le conducteur présente tout de même ses excuses par haut-parleur dans le train, juste avant d'arriver. Sauf que lui n'y est pour rien et on aurait bien aimé connaître la raison du retard.

Mardi matin, je sors cinq minutes plus tôt de la maison (il est 6h30, quand même) et je marche jusqu'à la gare. Avec mon pas "tranquille", j'arrive juste à temps pour choper le direct. Pas de problème non plus pour le RER, j'arrive à l'heure au bureau. Sauf que le soir, on ne sait toujours pas pourquoi, c'est le bazar à St-Lazare. Tous les trains sont en retard, il faut être vigilant pour ne pas monter dans le mauvais train. J'ai rdv chez le kiné, j'arrive avec 5 minutes de retard, alors que j'avais prévu une bonne avance.

Mercredi matin, je prends le bus et je rate donc le direct. Pas de bol, le train suivant a 10 minutes de retard. J'en ai marre, je vais au guichet demander des explications. C'est à cause des feuilles !!!!!!!!!!!! Le train est en retard car il dérape sur les feuilles. Rappelez-moi juste un truc : depuis combien de temps les feuilles tombent-elles des arbres à la fin de l'automne ? Et pourquoi c'est justement ce train-là qui est en retard, alors que tous les autres trains roulent correctement ? Ils ne dérapent pas les autres ? Il arrive à Paris avec 15 minutes de retard.

Jeudi matin, il y a toujours des feuilles sur la voie. Le train est en retard. Mais comme ça ne suffit pas, le RER A est aussi en retard. Et puis il décide de faire terminus une station avant celle où je descend. Tout le monde est invité à dégager du train sans explication et prendre celui qui arrive sur le quai d'en face. J'arrive finalement à ma station et là : l'escalator est en panne ! Normalement, je m'en fous, je ne prends jamais les escalators, je monte les marches à côté deux par deux, en courant. Seulement là, tout le monde prend l'escalier et c'est le bouchon. J'arrive au bureau à 9h au lieu de 8h15 normalement. De bonne humeur comme on l'imagine.

Vendredi matin, le haut-parleur de la gare annonce sur le quai un retard de 10 minutes. C'est gentil de l'annon... tiens, voilà le train... en avance ! N'importe quoi. Le RER aussi a des problèmes, à cause d'une bagarre à Châtelet. Ah bon, il y a une bagarre, donc le train s'arrête, logique.

Bon, dimanche matin, je teste mon aptitude à conduire. Le kiné a dit qu'il n'y voyait pas d'inconvénient.

Comment voulez-vous diminuer le trafic routier, la pollution, les bouchons, la consommation, avec un transport en commun absolument pas fiable ? Il est concevable que la gestion des trains de banlieue soit une tâche ardue, maison sait aussi que le matériel est plus que vétuste, rafistolé avec des bouts de ficelles, que le personnel est fatigué, à bout de travailler dans de mauvaises conditions et pour de mauvais salaires. Du coup, quand on demande des explications, on se fait envoyer sur les roses et ça dégénère souvent. Heureusement que le personnel est planqué derrière des vitres. Enfin, sauf les contrôleurs. Ca fait longtemps que je n'en ai pas vu, d'ailleurs, tiens.

Tiens, aujourd'hui, j'ai entendu à la radio qu'un Comité des Usagers des trains de la Banlieue Ouest a écrit une lettre à Sarko. Enfin une initiative citoyenne ! C'est quand même marrant de voir qu'à la télé, on ne voit jamais de grogne des usagers. Pourtant, dans les trains, les gens en ont vraiment ras-le-bol d'arriver en retard au boulot.

Voici la lettre :

Monsieur le Président de la République, Je souhaite attirer votre attention sur la situation des Usagers de la SNCF de l’ouest Francilien ( Rive droite de la Seine ).
Non seulement à longueur d’année, nous subissons de mauvaises conditions de transport : retards récurrents, suppressions de trains, vétusté du matériel, dessertes insuffisantes, inadaptation des infrastructures ferroviaires, manque d’intermodalité avec d’autres modes de déplacements, etc.
Mais nous redoutons une paralysie conséquente et durable du trafic ferroviaire à partir du 13 novembre au soir. Pour beaucoup d’usagers, le spectre du conflit de 1995 refait surface et nombreux sont ceux qui craignent de perdre leur emploi ou d’avoir des difficultés financières insurmontables.
Ayant constaté votre sollicitude envers vos concitoyens et votre grande mobilité, je me permets, Monsieur le Président de la République, de vous proposer de venir un matin à la rencontre des usagers avant le 14 novembre à la gare de Bonnières ou à celle de Mantes la Jolie selon votre convenance. Nous pourrons ainsi exprimer nos doléances et notre volonté que notre droit à nous déplacer soit respecté.
Recevez, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

A lire sur le site usagersgare

Mardi prochain, je dois me rendre à un salon, le MIDEST, salon de la sous-traitance, à Villepinte. Je prendrai la voiture pour être sûr d'y arriver. Mercredi , jour de grêve, je prendrai la voiture. Jeudi aussi, probablement, pour la même raison...

Oui, je pollue et je consomme. La faute à qui ?