Le coup du prof qui gifle un élève me fout hors de moi.

Un élève traite son prof de "connard", celui-ci lui flanque une baffe. Or le gamin est fils de gendarme et celui-ci se sert de son uniforme pour arrêter le prof, le flanquer en garde-à-vue, c'est-à-dire en prison pendant 24 h ! Pis que cela, il l'attaque en justice pour "violence aggravée" ! Encore pire : le ministre soutient que le prof doit être sanctionné !!! L'élève aussi est sanctionné : il est renvoyé trois jours.

On croit rêver. Que le prof ait un blâme à la rigueur, pour que d'autres ne soient pas tentés d'en faire autant. Mais lui intenter un procès est complètement hallucinant. Le gosse n'a gardé qu'une joue rouge pendant une heure et aucune séquelle, si ce n'est ce bon souvenir d'avoir insulté le prof en toute impunité, l'avoir fait éliminer et en plus avoir gagné trois jours de vacance !

Comment un gendarme peut-il faire cela, lui qui représente l'autorité et la justice. Et comment ses collègues gendarmes et policiers ont-il accepté de rentrer dans le jeu ?

J'espère que le juge sanctionnera le gosse plus durement, le père qui a fait usage de sa position dominante à des fins personnelles et adressera ses excuses au prof.

En un temps où on réclame de l'autorité, du respect à l'école, on sanctionne celui qui en fait preuve, qui ne se laisse pas faire. C'est donner raison aux emmerdeurs, aux voyous, ouvrir la porte à d'autres débordements. En voyant celà, nombreux autres sales gosses ont dû avoir envie d'en faire autant...

A-t-on sanctionné Bayrou, quand il a giflé devant les caméras un gamin qui lui faisait les poches ? Non, il en a même gagné des points de popularité. Interrogez les français, la plupart seront du côté du prof, alors que la justice en tienne compte.