Ça avait commencé avec le problème du foulard islamique.

Sous prétexte de libérer les femmes musulmanes, sous prétexte de droits de la femme, on vient leur interdire de porter même un simple foulard sur les cheveux.
C'est absolument intolérable.

Effectivement, il y a eu en France la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Cela signifie que l'Etat ne peut pas revendiquer, promouvoir une religion. L'état est laïc.
Pas le citoyen.
Le citoyen a le droit de choisir la religion qu'il veut, de la pratiquer ou pas, d'en faire la promotion si ça lui chante. Et il a également le droit de porter des symboles religieux.
Interdire ce droit va tout simplement à l'encontre de la liberté individuelle pronée par la République.
On confond le devoir de l'Etat et le droit du citoyen.

D'ailleurs, en quoi cela vous dérange-t-il ?
Etes-vous choqués de voir une religieuse en cornette, un prêtre à col blanc, un juif portant une kippa, un sikh son turban ? Pourquoi seriez-vous choqués de voir une musulmane porter une simple foulard sur les cheveux ?
Etes-vous choqués de voir quelqu'un porter autour du cou une croix, une étoile de David ou un croissant, une main de Fatma ?
Etes-vous choqués de voir des personnes agées porter un fichu, des bretonnes une coiffe ?
Comment faites-vous la différence entre une femme sous chimiothérapie et une musulmane ?

Bien entendu, je ne parle pas du niqab ou de la burqa. Ces vêtements qui enferment les femmes et les masquent ne sont pas acceptables. D'une part, il enferme les femmes. D'autres, elles sont masquées, ce qui pose bien entendu le problème de l'identité dans les institutions, vis à vis de la police, etc.

Il faut aussi rappeler que le port d'un foulard pour se cacher les cheveux n'est pas l'apanage des musulmans. En Europe, le temps n'est pas si loin où les femmes le portaient également. D'ailleurs, il est toujours d'usage pour les femmes de se voiler la tête dans une église. Ce n'était pas une simple question religieuse. Une femme aux cheveux découverts était tout simplement considérée comme impudique, "aventurière".
Bien sûr, on va dire qu'aujourd'hui, les moeurs ont évolué, que la femme s'est battue pour ses droits, que nous sommes devenus modernes.

Ce qui est moderne, c'est de reconnaître à chacun le droit de se comporter comme il le souhaite, à partir du moment où cela ne dérange pas son prochain.

Refusons dans les écoles le port du voile qui masque le visage, mais acceptons le foulard sur les cheveux. Ce simple geste marquerait déjà une bonne volonté et permettrait d'éviter aux jeunes femmes d'être exclues des écoles de la République.